Mes dernières lectures #9

Bonjour les petits chats !

Je reviens aujourd’hui avec un énorme article sur mes dernière lectures parce qu’elles ont été hyper nombreuses ces derniers temps… Après les romans assez lourds et sombres dont je vous parlais dans « Mes dernières lectures #8 », j’ai eu envie de lectures un peu plus légères.. et puis j’ai soudainement retrouvé ma motivation et j’ai donc enchaîné les livres dans cette phase de boulimie littéraire aiguë (qui ne s’arrête pas)! On est donc parti pour les commentaires de mes 10 dernières lectures! Pour ce qui est de mon Reading Challenge: j’en suis pour l’instant à 30 livres lus sur mon objectif final de 45, je pense donc que je vais pouvoir revoir ce dernier à la hausse (surtout que j’ai une semaine de vacances 100% farniente et donc 100% lecture prévu mi-septembre)!

****

« La Société des Jeunes Pianistes » – Ketil Bjornstad

piannistes

Mon avis: Ce livre, tout autour de la musique classique, parle d’adolescents qui se cherchent, de drames de la vie et d’amour. J’ai tout simplement dévoré ce roman, reçu dans ma box Exploratology du mois de mai: la lecture est rapide, l’écriture très fluide. On a envie d’écouter les morceaux cités, l’impact de la musique sur ces jeunes prodiges est super bien décrit et on ressent vraiment les différentes émotions par lesquelles ils passent. Il n’y pas grand chose à dire de plus sur ce roman: il est tout simplement beau et touchant.

Quatrième de couverture: La Société des Jeunes Pianistes, c’est le nom que s’est donné un groupe d’adolescents passionnés, à Oslo, à la fin des années 1960. A la fois amis et rivaux, ils ont en commun l’amour de la musique ; pourtant, un seul remportera le concours du « Jeune Maestro ». Tous vont subir une terrible pression de leur entourage, mais surtout d’eux-mêmes. La Société des jeunes pianistes est un roman initiatique, grave et subtil, qui évoque le désir, la vie, la mort.

Note: 7.5/10

****

« C’est moi qui éteins les lumières » – Zoya Pirzad

pirzad

Mon avis: Pour le coup, ce livre reçu par Exploratology illustre parfaitement bien les avantages de cette box: jamais je n’aurais acheté ce roman de moi-même et pourtant je suis ravie de l’avoir lu et d’avoir enfin abordé cette partie du monde sur laquelle je ne lis jamais. Bon, j’avoue: j’ai quand même eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, il ne s’y passe pas grand chose au début (on suit le quotidien d’une famille arménienne en Iran, dont Clarisse, la maman, est femme au foyer) et j’ai même abandonné ma lecture pour un autre roman en cours de route… Je pense aussi que je n’étais pas spécialement dans le « mood » pour ce genre de roman, très calme, autour du quotidien et porté sur l’introspection. J’ai donc suspendu ma lecture lorsque j’étais environ à la moitié, par manque d’intérêt et léger ennui… MAIS j’y suis tout de même retourné par la suite et, pour le coup, j’ai vraiment accroché ! Je trouve que la deuxième moitié est beaucoup plus « haletante », et le rythme de l’histoire s’accélère un peu. On découvre une Clarisse un tant soit peu plus sûre d’elle, qui se dévoile et qui est et prête à casser les codes, et ça fait du bien ! En conclusion, c’est une lecture assez légère mais qui fait du bien, si c’est ce que l’on recherche comme atmosphère. A lire selon moi au coin du feu ou sous un plaid en hiver.

Quatrième de couverture: Dans un quartier préservé d’Abadan, Clarisse, l’épouse et mère de famille à travers qui l’histoire se déploie, est une femme d’une profonde humanité, intelligente, d’une simplicité de cœur qui nous la rend spontanément attachante. Par ses yeux, on observe le petit cercle qui se presse autour du foyer : un mari ingénieur à la raffinerie, fervent de jeu d’échecs et de politique, les deux filles, adorables et malicieuses jumelles, Armène, le fils vénéré en pleine crise d’adolescence, et la vieille mère enfin qui règne sur la mémoire familiale.
Pourtant la très modeste Clarisse, cuisinière éprouvée qui se dévoue sans compter pour les siens, va bientôt révéler sa nature de personnage tchekhovien, au romanesque d’autant plus désarmant qu’il se montre on ne peut plus retenu. De nouveaux voisins se manifestent en effet, une famille arménienne débarquée de Téhéran qui va très vite bouleverser l’équilibre affectif de notre femme invisible.

Note: 7/10

****

« Le dernier banquet » – Jonathan Grimwood

banquet

Mon avis: Ce petit roman qui mêle Histoire, titre de noblesse, et amour de la cuisine et du goût des choses est une chouette lecture très légère, très agréable et sans prise de tête, bien que certains faits historiques réels s’entremêlent dans le roman fiction, ce qui le rend (je trouve) encore plus intéressant. On est plongés dans la noblesse française à l’aube de la Révolution Française, en passant par un petit tour en Corse. Pas un coup de cœur mais une petite lecture sympa, qui je pense sera parfaite pour l’été au bord de la piscine si vous cherchez de l’inspiration !

Quatrième de couverture: Un enfant crasseux mange des scarabées à côté d’un tas de fumier, il a cinq ans et ses parents sont morts. Il s’appelle Jean-Charles d’Aumout et c’est un noble sans le sou qui va connaître un destin exceptionnel. Dans la France du XVIIIe siècle, l’orphelin devenu cadet à l’Académie militaire va, grâce à un mariage, grimper les échelons de la société. Soldat, diplomate, espion, amant : Aumout est tout cela à la fois.
Sa vie est remplie de passion et d’intrigues, mais cela ne lui suffit pas. Il n’a qu’une seule obsession : l’art culinaire qu’il porte à son paroxysme. Alors que la société agonise sous les coups de la Révolution, tel un alchimiste prêt à toutes les expériences, Aumout cherche le goût parfait, absolu. Mais en cuisine, pas plus qu’en politique, la perfection n’est de ce monde…

Note: 7/10

****

« Le Doute » – S.K. Tremayne

le doute

Mon avis: Voilà un thriller psychologique très bien écrit et dont l’intrigue est particulièrement bien construite, au point qu’on se prend très vite dans l’histoire et qu’on en ait quelques frissons (surtout si on passe devant un miroir après certains passages dans le roman). Cerise sur le gâteau: l’histoire se passe sur l’île de Skye et ses paysages sublimes y sont décrits à la perfection (pour moi qui y ait été récemment, c’était un vrai plaisir de redécouvrir certains coins de l’île par lesquels nous sommes passés). L’ambiance est lourde et je dois avouer que ce roman m’a beaucoup perturbée, je me demandais tout le temps « mais est-elle vraiment morte? oui? non? ou bien est-ce sa sœur jumelle? non? ou peut-être que si? ».. bref, le suspense est intense et se prolonge jusqu’aux dernières pages. Un beau retournement de cerveau, que je conseille à tous les fans du genre!

Quatrième de couverture: Un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft décident de tout recommencer en changeant d’environnement. Ils rejoignent alors une petite île écossaise qu’ils ont héritée de la grand-mère d’Angus. Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu ; Kirstie, leur fille survivante, se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant… Que s’est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l’une des deux sœurs a trouvé la mort ?

Note: 8.5/10

« Fahrenheit 451 » – Ray Bradbury

fahrentheit

Mon avis: J’ai enfin abordé ce grand classique de la science fiction, et je trouve cela assez étonnant que je ne l’ai pas lu avant. Un classique qui parle de livres, il aurait pourtant du se retrouver dans ma bibliothèque depuis longtemps! J’ai beaucoup aimé cette dystopie autour de la critique de la censure. C’est une lecture très rapide, le livre étant assez mince et l’écriture plutôt fluide. Je reproche cependant que les événements se passent peut-être un peu trop vite et sans réelle explication « logique ».. par exemple en ce qui concerne la soudaine crise existentielle de Montag: bien sûr, il fait la rencontre de Clarisse et l’épisode avec sa femme le traumatise mais je trouve que les éléments ne sont peut-être pas « suffisants » pour contrer le Montag décrit dans les premières pages, qui ne remet nullement en question son job et se contente parfaitement de la société dans laquelle il vit. Le revirement de situation est peut-être pour moi un peu trop soudain… Il n’empêche, je suis ravie de pouvoir ajouter ce livre dans ma pile des livres lus, et j’en garderai un bon souvenir (et j’ai trouvé la fin du bouquin sur la mémoire collective juste splendide)!

Quatrième de couverture: Montag est un pompier du futur d’un genre particulier : il brûle les livres. Jusqu’au jour où il se met à en lire, refuse le bonheur obligatoire et rêve d’un monde perdu où la littérature et l’imaginaire ne seraient pas bannis. Devenant du coup un dangereux criminel…

Note: 8/10

« Le Braconnier du Lac Perdu » – Peter May 

Le-braconnier-du-lac-perdu

 

Mon avis: Je pense que je n’ai plus besoin de vous présenter cette série, ni même de vous clamer mon attachement aux personnages (surtout Fin MacLeod) et aux décors écossais… ce dernier opus clôture parfaitement bien la trilogie écossaise de Peter May ! Ce dernier tome tourne surtout autour de l’amitié qui dépasse les générations, et est, je pense, celui qui nous plonge le plus dans la nature sauvage écossaise. Et bien entendu, il y a toujours une enquête criminelle qui semble de prime abord impossible à élucider ! Bref, un régal d’un bout à l’autre.. Je pense mon plonger dans la série chinoise cet été, on reparlera donc de cet auteur sûrement plus tard!

Quatrième de couverture: Opus final de la trilogie de Lewis, Le Braconnier du lac perdu est aussi le plus apocalyptique. Tandis que les hommes font face à la puissance dévastatrice de la nature, l’heure des derniers comptes sonne sur Lewis et réclame son lot de victimes.

Note: 8.5/10

****

« Rebecca » – Daphné du Maurier

rebecca

Mon avis: Rebecca, oh mon dieu, Rebecca… je crois que ce roman est l’un des plus gros coups de cœur que j’ai eu depuis longtemps! L’écriture est sublime, l’ambiance gothique crée par du Maurier nous prend aux tripes.. Clairement, j’ai trouvé que c’était un roman « pénétrant » et il m’habitera toujours, c’est certain. Le genre de ce roman est pour moi un mix parfait entre un livre de Jane Austen et un thriller psychologique ! Je vous raconte pas l’état de détresse dans lequel je me suis trouvé quand je l’ai terminé. J’aurais voulu pouvoir le savourer encore et encore, rester dans le manoir de Manderley en compagnie de Maxim et ses chiens plus longtemps… A peine le roman refermé, qu’il était déjà dans ma liste « Favourite Books of All Times » aux côtés de Woolf, Austen, Rowling et j’en passe… Vraiment, je ne peux que vous le conseiller ! Il m’a tellement donné envie de découvrir d’autres romans de Du Maurier que j’ai pas pu m’empêcher de déjà lire « Ma Cousine Rachel », que j’ai fini hier soir et dont ma critique paraitra dans un prochain article (celui-ci est déjà assez long, n’est-ce-pas?)

Quatrième de couverture: Un manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide, de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?
Immortalisé au cinéma par Hitchcock en 1940, le chef-d’œuvre de Daphné du Maurier a fasciné plus de trente millions de lecteurs à travers le monde. Il fait aujourd’hui l’objet d’une traduction inédite qui a su restituer toute la puissance d’évocation du texte originel et en révéler la noirceur.

Note: 9.5/10

****

« The Vegetarian » – Han Kang

Vegetarian

Mon avis: Difficile de se trouver une lecture digne de ce nom après avoir refermé Rebecca.. Mon choix s’est finalement porté sur The Vegetarian et j’ai trouvé que ce roman était une lecture assez particulière mais touchante. On ne comprendra jamais très bien pourquoi la protagoniste devient végétarienne et arbore soudainement un mode de vie « comme les plantes », mais l’impact de cette décision sur son mari, sa famille et sa santé est bel et bien là et c’est tout le sujet du roman. Certains passages sont assez bizarres à lire et je me suis parfois demandée « est-ce que je lis bien ce que lis?« . Il faut dire que ce roman est une ode à l’érotisme et à la folie (toujours tourné autour du végétarisme et du rapport à la nature), donc forcément, certaines scènes sont… spéciales. Bref, un livre assez perturbant mais magnifique, que je peux enfin retirer de ma pile à lire!

Quatrième de couverture: Yeong-hye and her husband are ordinary people. He is an office worker with moderate ambitions and mild manners; she is an uninspired but dutiful wife. The acceptable flatline of their marriage is interrupted when Yeong-hye, seeking a more ‘plant-like’ existence, decides to become a vegetarian, prompted by grotesque recurring nightmares. In South Korea, where vegetarianism is almost unheard-of and societal mores are strictly obeyed, Yeong-hye’s decision is a shocking act of subversion.

Note: 8/10

****

« Americanah » – Chimamanda Ngozi Adichie 

americanah

Mon avis: Depuis un sacré bail sur ma liste, j’ai enfin abordé ce classique de la littérature nigériane (je me suis en fait décidée à le lire après avoir regardé la conférence TED de l’auteure sur le sujet du féminisme). J’ai beaucoup aimé suivre les deux protagonistes de l’histoire, chacun de leur coté du globe (elle en Amérique et lui en Angleterre et puis au Nigéria), les écouter parler de leur passé et voir leurs retrouvailles (même si la fin de l’histoire me semblait assez prévisible). Plus qu’un roman, ce livre est une critique sociale et politique de la race, de la société et du statut d’immigrant avec certaines touches de féminisme. Et c’est peut-être ce qui m’a un tout petit peu déçu dans ce bouquin: le manque d’histoire et de rebondissements. Il est un petit peu trop tourné vers l’essai, et je ne m’attendais pas à cela. Ce fût tout de même une chouette lecture, et je me tournerai peut-être vers un de ses autres livres à l’occasion. En résumé: un excellent livre pour quiconque veut en savoir plus sur le sujet, du moment qu’il ne s’attende pas à lire un roman avec tous les marqueurs classiques d’un roman.

Quatrième de couverture: Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?

Note: 8/10

****

« Les disparus du Clairdelune » – Christelle Dabos

disparus

Mon avis: Il s’agit du tome 2 de la saga jeunesse « La Passe Miroir », considérée comme la petite sœur d’Harry Potter. Je vous disais dans mon article sur le tome 1 que je n’aurais pas été jusqu’à pousser la comparaison jusque là, et bien mes petits chats, il n’y a que les fous qui ne changent pas d’avis et ce tome 2 m’a retourné le cerveau! Il faut dire que Christelle Dabos est très forte pour créer un univers magique et nous y transporter en un clin d’oeil. J’avais déjà beaucoup accroché à ce monde fantastique dans le tome 1, je me suis enfoncée encore plus dans mon addiction avec ce tome 2. Il est juste génial! J’ai pris un plaisir fou à retrouver Ophélie, son écharpe malicieuse, le sombre Thorn, Bérénilde, les illusions de la Citacielle, et l’atmosphère de complot dans laquelle tout ce petit monde évolue. Et le nouveau personnage de « Dieu » rajoute une dimension très savoureuse à cet univers! Un gros coup de cœur donc, et j’ai hâte de me plonger dans le tome 3 que mon amie Perrine m’a offert (dédicacé en plus! #tropdamour), mais je vais essayer de repousser un maximum sa lecture parce que je sens que l’attente du tome 4 va être looongue !

Quatrième de couverture: Officiellement introduite à la cour comme Vice-conteuse, Ophélie découvre les mondanités d’un univers où complots et tensions politiques sont à l’œuvre derrière les belles apparences. Entre l’arrivée de sa famille au Pôle et les exigences de Farouk, elle n’a d’autre choix que de s’appuyer sur Thorn, son énigmatique fiancé. Quand des nobles disparaissent les uns après les autres, la liseuse d’Anima doit user de ses talents pour mener l’enquête. Une mission qui va l’entraîner beaucoup plus loin que prévu, au cœur d’une vérité plus redoutable que tout ce à quoi elle s’était préparée…

Note: 9/10

****

Et vous, quelles sont vos dernières lectures? des coups de cœur à partager? 

Publicités

2 réflexions sur “Mes dernières lectures #9

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s